logo-print
Pour visualiser ce site, javascript doit être activé et vous devez avoir FlashPlayer installé. Obtenez FlashPlayer.

Histoire de Machecoul

visuel
visuel

Fouilles archéologiques au château de Machecoul

visuel

Distillerie Seguin

Machecoul a été une cité romaine et mérovingienne. Elle était située dans le secteur de Ste Croix et des Chaumes. C'est sur ce territoire qu'est fondée au XI° siècle ce qui va devenir l'abbaye de la Chaume, grâce à l'action de Harscoët de Rais. Ce seigneur fait édifier, sur le point fortifié de Ste Croix, un château avec un donjon en bois.

L'Histoire de Machecoul se confond avec celle des seigneurs...

A partir de la fin du XI°s et du début du XII°s, la construction d'un château à proximité du Pas-Arnoul, en bordure du Falleron, sur les marches de Poitou et de Bretagne, marque le développement de la ville vers l'est. Le toponyme de Machecoul apparaît à la même époque, en lien avec "marche col" ou "col de la marche". C'est aussi la naissance de la paroisse de la Trinité.
Les familles des seigneurs de Rais ou de Machecoul se succèdent au fil des siècles : Chabot, Laval, Chauvigny, Tournemine, Annebeau, Gondy, Crequi, Neufville-Villeroi, Brie-Serrant. Certaines sont éphémères. D'autres sont célèbres, pour le meilleur ou le pire.
Au XV° siècle, Gilles de Rais, maréchal de France, compagnon de Jeanne d'Arc, est surtout connu dans l'histoire pour ses actes de magie, sorcellerie et ses débauches et agressions envers les enfants. C'est dans son château de Machecoul, qu'il est arrêté en 1440, avant d'être jugé à Nantes, pour sorcellerie, hérésie et meurtres, puis exécuté.
La famille des Gondy fait transformer la baronnie de Rais en duché de Retz (1 580). Au XVII°s , Pierre de Gondy, fonde avec sa femme, le monastère du Calvaire (1 673) pour que leur fille Marie-Catherine, en religion sœur Antoinette, puisse se rapprocher d'eux.
Le duché de Retz est acheté par le marquis de Brie-Serrant en 1 780 au duc de Villeroi pour la somme de quatre cent mille livres.

Période révolutionnaire

La ville a été marquée par les guerres de Vendée. Si les premières réformes sont bien accueillies, la constitution civile du clergé (1 790) et l'abolition de la royauté (1 792) sont rejetées majoritairement dans les campagnes. L'exécution de Louis XVI et la levée en masse de 300 000 hommes (1 793) provoquent le soulèvement de 6 000 hommes, armés de fusils et de faux, qui s'emparent de Machecoul le 11 mars 1 793. Des républicains sont massacrés. Machecoul est l'enjeu de combats entre Bleus et Blancs et change quatre fois de mains en 1 793. En 1 794, Machecoul devient définitivement républicaine. Elle est épargnée par les "colonnes infernales". Néanmoins, Machecoul ressort affaiblie de la période révolutionnaire : sa population passe de 3 340 habitants en 1 790 à 1 889 en 1 800. Cette baisse serait due aux combats et massacres, mais sans doute aussi aux départs massifs de familles entières et aux épidémies de 1794-1 795.

Développement de la ville au XIX° siècle

Dans la seconde partie du XIX° siècle, un certain nombre de projets voient le jour et constituent les bases du développement économique et social de la cité : l'arrivée du chemin de fer, la construction de la gare, le four à chaux, la distillerie Seguin, les Halles, la minoterie, l'église avec ses flèches...

Pôle d'équilibre au XX° siècle

A partir des années 60, le développement de la ville s'accélère avec une première vague d'urbanisation (lotissements, achats de pavillons individuels), la création des différentes zones industrielles et commerciales, l'édification des différents établissements d'enseignement (écoles, collèges, lycées d'enseignement général et professionnel). La période actuelle est celle de la rénovation du centre-ville et la réalisation du schéma directeur d'urbanisme des années 1 990-2 010. Le Plan Local d'Urbanisme,  en cours depuis 2007, fixe les bases de donnéespour l'aménagement de l'espace rural et urbain, ainsi que les critères qualités pour les projets futurs.

Histoire de Machecoul à travers la fresque Pavageau

Document extrait du bulletin n° 2 de Machecoul Histoire. Textes d'Emmanuel Leduc et photos de Marcel Pandelé.